Pic du patrimoine

Assurances : les grandes tendances pour 2022

20/09/2021
Thumbnail [16x6]

Gras Savoye Willis Towers Watson présente son analyse sur l’évolution des marchés de l’assurance pour 2022.


La crise sanitaire a amplifié le durcissement du marché de l’assurance entraînant par la même occasion des ajustements (tarifaires, de garanties, de couvertures du risque...) dans les différentes branches. I

l convient donc d’appréhender les difficultés dans un environnement assurantiel très contrasté et ultra compétitif et de pouvoir également y détecter les opportunités offertes par ces évolutions. 

C’est ce que propose Gras Savoye Willis Towers Watson qui présente les vues de marché de ses équipes d’experts et les tendances par segment dans sa Note de Conjoncture.
 

« Ce qui impacte le plus le marché, c’est l’imprévisibilité du monde, de plus en plus chahuté par de nouveaux risques sous-estimés, ou peu modélisables par les assureurs. Désormais la compétition va revenir progressivement sur les risques à développement court (dommages, transport, tous risques chantiers...). En revanche, sur les risques à développement long, toujours pénalisés par la faiblesse persistante des taux d’intérêt, l’incertitude pèse toujours plus. La palme revient au risque Cyber, qui est à̀ la limite de l’assurable. Il va y avoir une phase d’apprentissage pour mieux comprendre les enjeux, distinguer les bons des mauvais risques, aider les clients à améliorer leurs niveaux de protection, trouver les bons équilibres entre transfert et rétention, les bons niveaux de prime », observe Jean-Christophe Lapeyre, Directeur des Marchés, Directeur Risk Analytics de Gras Savoye Willis Towers Watson.


« La crise a eu une conséquence majeure : les assureurs ont clarifié leurs contrats en vérifiant les clauses de garanties et d’exclusion pour éviter le flou autour des garanties de type perte d’exploitation sans dommages », observe Jean Rondard, Co-directeur CRB chez Gras Savoye Willis Towers Watson.
 

Dommages et Responsabilité Civile : En Dommages, nous observons globalement une stabilisation tarifaire avec néanmoins la fermeture de la souscription Dommages à Paris par plusieurs assureurs, l’exclusion systématique de certaines garanties des contrats d’assurance telles que : les pertes d’exploitations sans dommage, les risques liés à une Pandémie et les risques Cyber pour lesquelles, il convient de basculer vers des polices spécialisées. Pour les renouvellements 2022, la créativité dans les garanties n’est plus acceptée par le marché.
 

Le marché de la Responsabilité Civile quant à lui reste tendu avec des renouvellements complexes se traduisant par des réductions de capacités, des exclusions supplémentaires, des franchises revues à la hausse et des majorations budgétaires.
 

Construction : La tendance sur le marché de l’assurance construction demeure stable avec un resserrement malgré l’apparition de nouveaux acteurs. L’année 2020 a été marquée par une baisse globale de l’activité de 15,2% et jusqu’à 22,5% dans le neuf. Une amélioration de la situation est attendue en 2022. Dans l’ensemble, aucun grand bouleversement n’est à prévoir mais une continuité dans l’effort de retour à la rentabilité.
 

Captives : Dans un contexte où le marché de l'assurance se durcit, conduisant à une remise en cause des programmes en termes de primes, franchises, garanties, etc., l’intérêt pour des solutions alternatives est croissant. Celui-ci devrait se poursuivre avec la mise en place annoncée par Bercy d’une provision d’égalisation qui permettrait aux Captives de réassurance de mutualiser, au-delà des risques, les années de souscription offrant ainsi une capacité à constituer des réserves pour des risques majeurs. Le recours aux Captives de réassurance est devenu un levier incontournable pour les grands risques.
 

Cyber : Avec une explosion de la sinistralité et de l’exposition des entreprises depuis le début de la crise sanitaire, les primes sur cette branche ont drastiquement augmenté lors des renouvellements 2021. La capacité théorique du marché s’est quant à elle contractée et s’élève au 1er janvier 2021 à 150 M€. Plusieurs assureurs ont d’ores et déjà suspendu temporairement la souscription à de nouvelles affaires afin de restructurer efficacement leur stratégie de souscription Cyber.
 

L’un des faits marquants sur le marché de l’assurance Cyber au cours de l’année 2021 a été la décision des assureurs d’appliquer une sous-limite sur toutes les garanties liées à une attaque par ransomware et l’introduction d’une clause de coassurance entre l’assuré et l’assureur. La baisse et l’ajustement constants de l’offre sur cette branche, risque de détruire l’intérêt pour cette couverture, devenue indispensable.
 

L’affinitaire reste moins touché par les tensions de marché
 

Les renouvellements en affinitaire au 1er janvier 2021 ont été marqués par les conséquences de l’application de la DDA (Directive sur la Distribution d’Assurances), notamment en termes de redistribution de valeur entre assureur et distributeur. Le marché de l’assurance affinitaire attire de plus en plus d’assureurs avec des profils très divers : assureurs traditionnels, bancassureurs, Insurtech. Aussi bien les tarifs que les garanties sont en hausse pour s’adapter aux besoins de chacun.
 

« La crise sanitaire a tout de même eu un impact sur les clauses de garantie annulation. Dès le début du déconfinement, les souscriptions en Assurance annulation ont repris avec l’exclusion quasi-systématique des risques Pandémie et Cyber des contrats et de fortes différences tarifaires. », indique Eric Demange, Directeur Affinitaire et Marchés Spécialisés.
 

On assiste également à un durcissement des politiques de souscription. Le secteur du sport et des loisirs, soumis à de nombreuses restrictions réglementaires en 2020 et 2021, peine à redémarrer. Les saisons et certains grands événements ont été décalés ou reportés à 2021 et les calendriers densifiés pour permettre un rattrapage partiel. Les principaux acteurs du sport ont donc abordé cette année dans une situation économique perturbée qui persistera en 2022.
 

Les tendances du marché Health & Benefits (H&B) : « Une situation très tendue, sans phase de transition »
 

Entre la relative baisse des prestations en santé due au confinement et la hausse de la sinistralité en prévoyance, les assureurs seront plus frileux et plus regardants en 2022. A terme, certains clients du secteur médical ou des hôtels / cafés / restaurants risquent d’être difficiles à̀ assurer. C’est pourquoi, il faut désormais recourir à l’ingénierie en mettant par exemple en place de la coassurance, de la réassurance ou une Captive. 
« A l’heure actuelle, les Directeurs des Ressources Humaines et Responsables Compensation & Benefits sont très mobilisés sur des questions de réorganisation, mais aussi de bien-être, de Qualité de Vie au Travail (QVT) - Risques Psycho-Sociaux (RPS) et d’accompagnement des salariés. La vision globale et le pilotage des risques de l’entreprise sont la clé́ de la pérennité́ de l’assurance », analyse Liliane Spiridon, Directrice Health & Benefits.
 

Dans l’optique d’une sortie de crise sanitaire (très) progressive, les dispositifs de retraite et d’épargne salariale ont eux aussi connu quelques évolutions. La réforme des retraites a été remise sur la table mais avec des ajustements paramétriques plutôt que structurels comme initialement présenté. La possibilité de la fin des régimes spéciaux reste un chantier qui pourrait intervenir d’ici à 2022. 
« Cette situation exceptionnelle a amené tous les acteurs à repenser leurs relations et leurs méthodologies. Cette transformation en profondeur du marché des assurances devrait se poursuivre en 2022. Grâce à̀ l’expertise technique de ses équipes, Gras Savoye Willis Towers Watson continuera d’accompagner et de conseiller les entreprises dans la mise en place, l’adaptation et l’optimisation de leur politique de gestion des risques. L’objectif est simple bien que difficile à̀ mettre en œuvre : arbitrer les systèmes de rétention à mettre en place, en cohérence avec les capacités financières et les programmes de prévention de nos clients », conclut Cyrille de Montgolfier, Directeur Général de Gras Savoye Willis Towers Watson.
 

Contactez nous